Hi! My name is… Who?

MimS

Premiers pas sous WordPress pour un habitué à Dotclear (car oui, j’ai moi aussi un blog dont je ne donnerai pas de lien, sachant son rythme de publication complètement aléatoire -pis il se trouve sur la colonne collègue), rien que mettre du texte en dehors du corps principal du billet nécessite une étape de compréhension particulière!

Venons-en à l’essentiel :

MimS, 20 ans en décembre prochain, le plus jeune du tout frais quatuor de choc. Mon intérêt pour les AMVs remonte à bientôt 3 ans même si cela ne fait qu’un peu plus de 2 ans que j’ai décidé de me lancer moi-même dans leur création. Trois ans, ça fait quand même peu à côté de certains mammouths du « milieu », alors je dois admettre être assez content de l’intérêt porté par Gwench envers ma (fictive) personne. Paradoxalement, on ne peut en dire autant de son intérêt envers mes créations d’où l’absence totale de leur évocation ici mais qu’à cela ne tienne, je vais pouvoir changer ça!

Mes créations d’ailleurs tenez :

Je ne peux nier l’énorme melting pot d’influences dans ce qui crée mon « style ». Si on devait parler d’influences techniques, mes mentors seraient Tyler et Ileia pour des raisons plus ou moins similaires même si le premier tient quand même une place plus importante à mes yeux que la seconde, étant l’élément m’ayant transmis ce goût pour le montage vidéo. Leurs montages épurés mais foutrement efficaces et maîtrisés ne cessent de m’impressionner. Jihaku, Beautiful Lie ou encore Tsumibito no Kashou pour Tyler, pour Ileia, Don’t Break, Macabre Serenade ou son tout récent The Cyrus Virus (qui j’en suis sûr fera partie du top 10 JE 2010 de Gwench)  sont et resteront pour moi des références indéniables.

Si on devait maintenant parler d’influence du côté du fond, je me contenterai de citer Artofeel et ses nombreuses vidéos sur notre société de Bustled Up à The Conspiracy of Law. Un mot suffit à les définir : poignantes. D’ailleurs, je ne peux résister à quand même citer une dernière vidéo du monsieur, qui se concentre seulement sur l’animé utilisé, soit Wolf’s Rain, Drove Through Flower Girl To Get Paradise.

Ce sont tous ces clippeurs, qui ont su toucher une de mes cordes sensibles, qui m’ont mené à faire des projets où j’essaie de mêler intensité et efficacité du montage, sans pour autant réussir aussi bien qu’eux.

Avant d’en arriver là, j’ai comme tout bon débutant fait un premier clip bateau que vous pouvez trouver tout en bas de ma page Org. J’éviterai d’en rajouter à son sujet n’en étant pas très fier.

Dessus, vous trouverez l’intégralité de mes projets dont 3 que j’aime bien plus que tous les autres que j’ai pu faire à ce jour. Il s’agit de Hardly Alone, Awakening et Acid.

Pourtant, pour le premier, c’est loin d’être un clip réussi, il est même bâclé, fait rapidement en 48h, expédié après avoir connu un nombre de bugs conséquent sur une si courte période. Mais il dégage, selon moi, une certaine atmosphère, une certaine aura, qui font qu’il correspond finalement à ce que je veux mettre dans une vidéo née de mon imaginaire.

La seconde est tout simplement, à l’heure actuelle, la meilleure de mes vidéos personnelle, fruit du seul et unique travail sur du long terme dans ma vie de clippeur (enfin plus pour longtemps). Si maintenant, je lui trouve un nombre de défauts considérables, je ne peux avancer avoir fait mieux pour l’instant. Vous trouverez plus d’informations ici.

La dernière est le fruit d’un travail de collaboration sur de nombreux mois. Travail dont je dois admettre apprécier très fortement le résultat. Tout comme notre cher Gwench a pu le faire pour Versus, j’ai dédié à Acid un article pour parler de l’épreuve que représente une telle entreprise.

Après de nombreux mois de glandage, je me remets enfin à l’ouvrage avec une vidéo où je tente d’illustrer aussi bien que possible un morceau signé Nneka.

Je pense en avoir assez, voire trop, dit sur mes créations et influences mais cela devrait permettre un aperçu de mes goûts en matière d’AMV pour ainsi mieux comprendre mes diverses opinions et critiques à venir.

Au niveau français, j’ai la chance d’être parisien et de faire donc parti du plus gros pôle AMV du pays. Cela m’a donc permis de rencontrer un grand nombre de monteurs français et même de devenir assez proche en dehors du loisir AMV de certains d’entre eux.

Je peux maintenant laisser la place à notre ourson préféré!

      1 comment for “Hi! My name is… Who?

    1. Gwench
      16 juillet 2010 at 20:14

      Welcome aboard too ! Tu ne vas pas pouvoir arrêter de clipper, vu que tu vas en voir des centaines et des centaines et en critiquer un paquet. T’auras toujours envie de poser sur la timeline. Tu verras. 8)

    Comments are closed.