Intoxicated de Cheeseharry

« Quand la Chine s’éveillera… »

Bon, ben, ça y est, on y est là. Je crois bien que je présente mon premier clip réalisé par un créateur chinois. Cheeseharry, aka Harry Zheng, est tout récent dans la sphère des AMV. 12 mois d’activité, pour le moment. Et, déjà, un joli coup de réalisé avec ce Intoxicated.

ANNEE
2012
VIDEO
Bakemonogatari
Nisemonogatari
AUDIO
UTADA Hiraku
On And On
TECHNIQUE
H.264 / AAC / 1024×432 / 30fps
LES +
* jeu sur les beats
* un clip R’n’B bien monté
* frais & léger
LES –
* encore du Bakemonogatari
NOTE
4,5/5

NOTE DES LECTEURS
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 4.3/5 (3 votes cast)
Cheeseharry est donc lancé dans le grand bain, placé sous le feu des projecteurs avec son clip pour le Big Contest 2012. Le choix des sources n’est pas très original, en apparence, puisqu’il s’agit de Bakemonogatari et de sa suite, Nisemonogatari. Pourtant, ne vous attendez pas à voir des scènes de fight, comme on en a l’habitude. Tout au plus, on a le droit à LA scène de la série, celle qui ouvre le premier épisode.Cheeseharry a axé son clip sur les deux personnages principaux, Araragi et Senjôgahara, et leur relation. Et quoi de mieux pour accompagner cela qu’une musique de R’n’B ? Hein, franchement, je vous le demande ? Là encore, Cheeseharry a réalisé une bonne pioche. Personnellement, quand j’entends « UTADA Hiraku », je me méfie, parce que je ne suis pas fan de J-Pop. Ca tombe bien, cette chanson n’en est pas. Elle ressemble plutôt à un titre formaté pour les radios américaines. C’est simple, efficace, et ça passe super bien avec la vidéo.

Parce que s’il y a une chose que j’apprécie dans ce clip, c’est bien le travail réalisé par Cheeseharry sur le beat. Et vas-y que je te fais des transitions au poil sur les rythmes syncopés. Pas d’esbrouffe dans les effets. Le clip n’en est que plus léger et frais à regarder. Parfait pour ces vacances d’été qui débutent (à Japan Expo pour vous, j’imagine :p). Cheeseharry réutilise à bon escient les écrans intermédiaires de la série, avec des kanji sur fond mono-chrome. Il reprend cette idée par moments en écrivant quelques mots de la chanson. L’idée aurait pu être casse-gueule et devenir vite lassante. Mais ça passe bien, car utilisée comme il faut.

En cherchant bien, on peut reprocher une certaine facilité dans les choix opérés par Cheeseharry. Animé sur-exploité ayant la côte auprès du public, donc assurance d’être visionné. Musique easy-listening accolée à l’image pour que ça glisse tout seul. A première vue, pas d’originalité. Et puis peu de travail sur les plans. Apparemment. Du coup, on se demande comment ça se fait que ce clip fonctionne si bien… C’est cette simplicité qui fait le boulot. Et qui nous donne envie de visionner à nouveau cet AMV. En plus, il se situe sur une voie peu exploitée, qui n’est ni technoïde, ni bourrine-baston, ni marshmallow-ô-les-amoureux. La musique sert la vidéo, et vice-versa.

Au final, qui est vraiment intoxiqué ? Senjôgarahara, Araragi, ou… nous ? En tout cas, vous, je ne sais pas, mais moi, je me le remets.

Regarder « Intoxicated » de Cheeseharry chez KetsuRyu

Intoxicated de Cheeseharry, 4.3 out of 5 based on 3 ratings