Zoom sur – le Japan Expo 2014

Au début, je souhaitais faire ce récapitulatif dans la foulée de la publication des résultats par AMV-France. Et puis, non, j’ai laissé de côté. Je me suis concentré sur quelque chose que je n’avais pas fait depuis un moment : regarder des tonnes d’AMV. Des bons, des pourris, beaucoup de beaux clips, pas autant qui correspondent à mes critères propres. Mais de quoi revenir aujourd’hui avec un meilleur background sur ce qui se fait ces derniers mois. J’espère que, du coup, je ne serai pas trop à côté de la plaque… Mais ça, c’est un autre débat.

Bizarrement, je vais commencer par ma conclusion. Parce qu’avant de parler des clips qui m’ont accroché, je pense que l’essentiel sera là. Après avoir regardé les 26 clips d’une traite, sans prendre de notes, puis un par un en griffonnant à côté, j’ai eu un drôle de sentiment. Je me suis dit : « Tiens, c’est moi ou les clips cherchent à me parler ? » J’ai eu l’impression de voir de « vieux » clips. Je m’explique, avant de me prendre une fatwa. (mais faut cliquer… oui, je suis vil)


Je reconnais à presque 100% des clips vus une qualité de montage, d’encodage et de travail de fond certains. C’est du 2014, y’a aucun doute là-dessus. Mais, par moments, sans être capable d’expliquer comment, je visionnais un clip et *tilt* je repensais à un autre vieux de presque 10 ans (bon, pas au point de vous sortir la fiche d’ID du tac au tac, non plus…). Et là où je veux en venir quand je dis que les clips me parlent, c’est quand je repense au troll « passé-présent ». En fait, c’est du vent tout ça. J’ai qu’une certitude : y’a une génération 1, une génération 2, etc. Et chacune clippe des choses communes à toutes, mais avec des moyens de l’époque. Mmmh, ça semble profond et futile, mais j’avais envie de le dire.

Concernant les clips de ce JE’14, je n’ai pas vu de réelles surprises, de clip « oh-ma-gad » (enfin, si, un seul ; voir plus bas), comme cela a pu m’arriver pour le Big Contest 2013 (qui a dit Lolligerjoj ? ^^). J’ai aussi constaté une tendance bien marquée cette année : la redondance des sources vidéos choisies. L’exemple le plus frappant, car centré sur cette série, c’est le trio de clips sur Kuroko no Basket. Les musiques changent, l’approche aussi, les effets idem, mais… c’est plus ou moins la même chose qu’on voit. Ce n’est pas la seule série à souffrir de ce problème. Du coup, j’en arrive aussi à regarder le classement du coin de l’oeil. Pour moi, ce n’est pas un classement. C’est une organisation, une playlist faite pour éviter que, lors de la diffusion, les répétitions de sources ne soient trop visibles. Cela en deviendrait presque mathématique, concernant les trois clips de basket : 5è, 10è et 15è places. Sûr que s’ils avaient été diffusés en paquet serré, ça l’aurait moins fait devant le public. En plus, et là c’est tout personnel, donc ça n’aura de valeur que si vous en accordez : ces clips n’apportent pas grand-chose et sont mêmes mieux placés que d’autres plus originaux ou variés. Et, pour enfoncer le clou dans la rubrique « J’ai un ego et je le flatte », je me souviens qu’en 2006, la série Petite Cosette était partout dans les clips, cuisinée de la même façon et que ça m’avait valu de ne pas être retenu à la JE’06 (vainqueur cette année-là : un clip sur… Petite Cosette) pour mieux gagner à l’Animethon… :p Ces trois clips sur le basket, y’a 8 ans, un seul aurait été diffusé, les deux autres recalés ou mis en coups de coeur. Bref, ça me pose une autre question, en pointillés (oui, mes questions sont en pointillés) : quelles valeurs avaient les clips non retenus ? (NDR : je n’ai pas regardé les coups de coeur, catégorie un poil bâtarde à mes yeux et qui ressemble à un faux-classement, un fourre-tout genre « tous 27èmes ex-aequo »). Je referme ma fiole de vitriol pour passer aux clips qui m’ont plu.

Le premier d’entre eux m’a carrément bloqué devant mon écran. J’ai mis du temps à réaliser ce que je regardais. Un grand n’importe quoi, en apparence, avec des plans pas forcément raccords avec le texte, lui même bizarrement psalmodié. J’étais à deux doigts de zapper et puis… Ce moment d’hésitation a été salvateur. Ce clip est estampillé « WTF ». On se retrouve avec un mix entre des sources vidéos façon « monogatari » et une chanson proche des délires qu’on pouvait avoir dans la série « Zetsubou sensei ». Et le pire, dans tout ça, c’est que ça le fait ! C’est très étrange, voire dérangeant, et parfois pas synchronisé du tout, mais quand on fait l’effort de s’accrocher, on l’adopte assez facilement ! Et puis, c’est tellement « différent » de ce qu’on voit habituellement.

Ensuite, il y a un clip que j’ai apprécié sans forcément l’aimer. Disons que c’est la constance du clippeur que j’apprécie et respecte. On ne crie pas forcément au génie, mais on ne peut pas lui reprocher son travail soigné. Oui, il s’agit de notre Vlad G. Pohnert national : Neb. Je n’ai pas grand-chose à dire ni à redire sur son clip, juste regardez comme c’est propre.

Maintenant, j’aimerais parler d’un clip que je trouve sous-évalué dans le classement, un clip frais, dans la veine des histoires d’amour compliquées et mise en scène avec une petite musique de rock léger. Les plans se suivent, s’enchaînent, tout est fluide, bien calé, avec des FX propres sur eux que si on pouvait les épouser, on les présenterait à nos parents. Le clip reprend la trame principale du manga, sans forcer le trait dessus, ni trop en dire non plus à qui voudrait s’y intéresser de plus près (ce qui fût mon cas). Ca raconte quelque chose, en plus ; ça a un peu plus de fond que d’autres clips. Bref, un AMV passe-partout et agréable… qui n’est que 16ème. M’est avis, mais je peux me tromper, que ce « Я U Mine » de SachaValentine aurait mérité de flirter avec le Top10.

Tiens, et puisque j’en suis à parler de clip qui aurait mérité une autre place, je poursuis avec l’AMV de Aken : « Human ». Est-ce l’usage permanent ou presque de textes (les paroles, hein…) qui lui a fait perdre des points ? J’ai trouvé un esthétisme certain à ce clip, et justement, ces inserts de texte font le sel du clip. Le combo de base, en plus, et chose rare, est bon : la musique et l’anime se marient très bien. Bon, ok, c’est un peu too much et marshmallow, pour les plus dur-e-s d’entre nous, mais quand même. Et pis c’est tout. Franchement, il a quoi à envier aux clips du Top10 ? Il aurait pu aussi y prétendre.

Le Top10, parlons-en. Exceptés les deux premiers, qui sont à leur place, même si je trouve qu’il y a à redire. Ne râlez pas, c’est évident que j’ai toujours quelque chose à redire, vu que c’est la base de ce blog. :p Le vainqueur, Irany, avec son « Annihilation », a concocté un clip dont il est difficile de se détacher. En plus, c’est un exemple de montage. Tout est parfaitement amené. J’irai presque à dire que ça ferait une excellente vidéo commerciale pour faire vendre l’anime. Usage des sources au maximum de ce qu’il est possible. Musique bourrin à souhait, façon old-school, quand on n’avait que ce genre de clip à voir, y’a plus de 10 ans. Le combo parfait pour les fans d’AMV de 7 à 77 ans. Perso, la musique m’a vite saoûlé, et la répétition des plans de tous ces Tarzan, ça m’a donné l’impression de faire office de remplissage. Mais avec du recul, en fait, ça fait le job.

Un peu comme « Vacant Heart » de JazzsVids. Celui qui veut un clip avec une histoire, pour le coup, il est servi. Je suis servi. On voit clairement qu’il y a eu une grosse recherche pour créer un fil conducteur qui ne soit pas écoeurant de niaiserie, vu ce qui est illustré. La musique possède des paroles calibrées pour ce qu’elles illustrent. Je lui reprocherais peut-être un usage peu discret de FX, mais bon, c’est pour chipoter plus qu’autre chose. L’aspect tension qui va crescendo est bien rendue, tant par la musique, que par les séquences utilisées.

Et je vais terminer par mon coup de coeur. Plutôt un clin d’oeil. Comme le clip choisi. « Fact & Fiction » de Luna et Shinobu. Un duo pour conclure ce bref billet. Une trame facile à suivre ; des rotoscopies en veux-tu, en voilà ; des sourires quand on s’imagine les situations montrées, parce que oui, ça a pu nous arriver, etc. On suit donc les tribulations d’un garçon fan d’animation qui progressivement, ne sait plus s’il est dans la réalité, ou plongé dans ces univers fantaisistes. A se frotter les yeux pour vérifier s’il a bien vu ses héros de manga devant lui, ou pas. C’est plutôt basique comme idée, mais très bien mis en place. Lui, ce n’est pas le Top10 qui lui suffit, mais p’têt bien le Top5.

Voilà, j’ai fait un petit billet pour mettre en lumière des clips qui, je pense, méritaient plus que les autres d’être mis en avant. Je ne dis pas que les clips dont je ne parle pas sont des clips ratés, mais ils m’ont moins accroché… Mais j’aimerais bien avoir cette qualité de rendu pour mes clips, quand même. 😉

Ah, et sinon, même s’il était dans le coma pendant presque une année, sachez que le blog fête aujourd’hui ses 8 ans d’existence. J’espère le rendre de nouveau dynamique. *tilt* J’ai déjà une idée de prochain billet… :)

      2 comments for “Zoom sur – le Japan Expo 2014

    1. Un simple visiteur
      14 septembre 2014 at 14:22

      Le concept de génération est intéressant, mais il implique un point
      abrupt à partir duquel un clip est classé soit dans la première génération soit dans la seconde. Et ça me parait trop séparateur. Mais j’adhère à la conclusion: les thèmes des amvs n’ont pas changé. Seul le matos a évolué.

      Pour revenir à La JE, le fait qu’une série, en l’occurrence Kuroko no Basket,
      soit utilisée par de nombreux clippeurs n’est pas si étonnant. L’hégémonie de Bakemonogatari n’est d’ailleurs pas si lointaine, et Fate Zero ou Madoka ont aussi connu leur part de popularité, dans certaines éditions de l’akross notamment. Ce que l’on peut peut-être « fustiger » dans le cas de KnB, c’est le manque d’originalité des clips. Mais ceci est en grande partie imputable au type de la série. Un shonen sport, je ne vois pas trop ce que l’on peut en faire d’autre que ce que ces trois clips ont présenté. Et la conclusion que vous en tirez sur le rôle du jury, si elle est intéressante, me paraît un peu trop capillotractée malgré tout. Je préfère imputer cette répartition équilibrée
      à une coïncidence qu’à une réelle volonté de faire primer l’intérêt de la diffusion sur le mérite intrinsèque de chaque clip.

      Merci pour ce bref récapitulatif de vos coup de coeur du JE 2014 (trusté par les
      frenchies, d’ailleurs). Je trouve amusant que les clips d’Aken et d’Irany s’y succèdent. Le changement d’ambiance si peu perceptible que j’ai presque cru que le même clip était présenté en deux parties. Plus sérieusement, je suis content de voir que je ne suis pas le seul à avoir flashé sur Facts and Fiction. L’idée est effectivement assez simple, et certainement que beaucoup d’autres l’ont eue. Mais peu l’ont réalisé, alors que Luna et Shinobu (je ne connaissais pas cette dernière avant) en ont fait quelque chose de très propre avec un superbe résultat final.

      Vous avez mis sur le point qui me gênait quant à Vacant Heart. Lorsque je l’avais regardé, j’avais été impressionné par le travail technique, mais je n’avais pas réussi à m’immerger totalement dans le clip contrairement à Dare to love again de Perfect Blue, avec lequel la comparaison me vient naturellement. Pourtant dans les deux cas la story est claire et aisément compréhensible, et la succession de scène intelligemment structurée. Mais là où l’aspect technique est très discret chez Perfect Blue, j’ai l’impression que Jazzvids en fait un des arguments principaux du clip, au même titre que l’aspect narratif. Et c’est ce côté ostentatoire qui explique ma réserve face à ce clip. Réserve évidemment totalement subjective et qui n’a pas pour but de prétendre à l’infériorité de Vacant Heart par rapport à tel ou tel autre clip. Merci donc de m’avoir permis de préciser ce qui me gênait dans clip.

      Bon anniversaire au blog avec un peu de retard (huit ans! je ne l’imaginais pas si vieux…), et au prochain billet. Parmi les nombreux clips regardé récemment, il y en a sûrement quelques uns qui méritent d’être présentés.

    2. Gwench
      4 octobre 2014 at 11:02

      Qu’une série soit récurrente, en soi, cela ne me dérange pas. Par contre, elle doit bien embêter les orgas des concours quand sur 20 clips, t’en as 12 (nombre choisi arbitrairement :p) qui la reprennent. Les AMV à base de -monogatari, j’en ai fait mon overdose, et j’ai longtemps zappé certains clips très bons en contenant, à cause du début d’allergie… Comme c’était le cas en 2006 avec Cosette, même si le phénomène était moins marqué, plus dilué dans le temps. Là, bam ! on prend tout en même temps pour un concours.

      Pour KnB, effectivement, c’est compliqué pour l’originalité. Du basket, des matches, heuuu, comment avoir un rendu différent ? ^^ » C’est comme clipper du Captain Tsubasa, chapeau à celui qui trouvera l’originalité. ^^

    Comments are closed.